we sign it - Retrait de la carte de presse de Charles Enderlin

Retrait de la carte de presse de Charles Enderlin

Le 30 septembre 2000, la seconde intifada mûrie de longue date par l'autorité palestinienne, monte en puissance dans la bande de Gaza, au carrefour de Netzarim un reportage tourné dans des conditions troubles et partiales, montre un jeune garçon "mourir" dans les bras de son père, atteint par une balle.

Charles Enderlin, correspondant de France 2 en Israël et son caméraman arabe Talal Hassan Abu Rahma, diffusent gratuitement aux télévisions du monde entier un montage vidéo de la scène.

Face aux incohérences du reportage, des voix s'élevèrent pour remettre en cause la version exposée, et poser des questions auxquelles la justice française n'a jamais voulu répondre.

Les médias firent bloc derrière Charles Enderlin et prirent prétexte de cet épisode pour déverser du fiel sur Israël, la diffusion de la vidéo eu pour conséquence un antisémitisme sans précédent et mis en danger la vie de juifs en Israël et ailleurs dans le monde.

Reprenant les codes de l'antisémitisme traditionnel, comme le meurtre d'enfants, ce reportage porte une large responsabilité dans l'aggravation des violences antisémites en particulier en France, et contribua à nourrir ce sentiment.

En Israël, 2 soldats ont été lynchés par la foule palestinienne au nom d'une pseudo vengeance de Mohamed Al Dura.

Le gouvernement israélien a diligenté une enquête sur les conditions de réalisation de ce reportage, ce que la justice française n'a jamais voulu faire, et la commission chargée de celle ci a défini qu'il s'agissait d'une manipulation à dessein idéologique.

Devant le caractère particulièrement dramatique des conséquences de cette manipulation, nous demandons au gouvernement israélien de :

 

Retirer provisoirement sa carte de presse à Charles Enderlin, à titre conservatoire, et cela jusqu'à l'épuisement des recours légaux et sa mise hors de cause si il y a lieu.

 

Retenir le caractère de soupçons de faute professionnelle grave à l'encontre de Charles Enderlin et de Talal Hassan Abu Rahma et leur interdire toutes activités journalistiques en Israël ou à partir d'Israël, jusqu'au dernier recours juridique possible.

Si la justice israélienne confirme la manipulation :

 

Transformer la mesure de retrait provisoire de la carte de presse en retrait définitif, pour Charles Enderlin.

 

Confirmer l'interdiction définitive d'exercer une profession en rapport avec la presse et le journalisme à partir du territoire israélien pour Charles Enderlin et Talal Hassan Abu Rahma.

 

Une expulsion définitive du territoire Israélien à l'encontre de Talal Hassan Abu Rahma.

 

La mise en accusation pénale de Charles Enderlin et de Talal Hassan Abu Rahma pour "incitation au meurtre".

Signer

Diffusez auprès de votre entourage